stress_scolaire_web

Comment aider votre enfant à faire face au stress des devoirs à la maison ?

Les devoirs à la maison sont un moment délicat pour beaucoup de familles. Après une longue journée, enfants comme parents sont souvent épuisés, et les devoirs peuvent alors susciter stress, colère et conflits... Mais il est possible d'accompagner l'enfant afin de préserver ce moment d'apprentissage, pour qu'il devienne à la fois efficace et serein.

Annabelle Borghini, psychopédagogue et coach en parentalité et en éducation, suit l'espace « Parents » de « Calligram et vous ».

Elle nous a fait part de ses éléments de réflexion sur le sujet des devoirs à la maison. 

« J’ai trop de devoirs ! »

Cette phrase, je l’entends beaucoup… Vous aussi ?

Je demande à ma fille : « Trop de devoirs... ? »

Et en parcourant son agenda, je lis : « Relire la leçon de conjugaison n° 5, relire la leçon de calcul n° 3, faire les 3 exercices de géométrie, poésie, document à signer. »

Cette liste me rappelle quelque chose… Ah oui, ma liste à moi des choses à faire ! Une liste, longue, très longue, qui n’en finit jamais... Et immédiatement, je sens le stress monter. Il faut dire que je suis tellement fatiguée…

Et je sais qu’à cause de notre stress à toutes les deux, la situation peut dégénérer. C’est arrivé tellement souvent… Heureusement, j’ai appris comment faire face à ce stress. Alors je prends le temps de le faire redescendre, afin d’être dans de meilleures dispositions pour engager le dialogue :

« - Tu n’as pas envie de faire tes devoirs ?

- Ben non, on a déjà tout fait en classe. Et les multiplications, je sais faire !

- Tu as l’impression que ça ne sert à rien ?

- Ben oui !

- Et tu penses que tu n’auras plus de temps après pour jouer ou lire des BD ?

- Eh oui ! »

Et là, je me revois à son âge, dans ma chambre, en train de jouer avec ces petits bonhommes bien connus, tout bleus et coiffés de bonnets blancs…

Moi non plus, je n’aimais ce moment des devoirs. Et quand je pouvais éviter de les faire...

Même si c’était évident aux yeux de tous les adultes qui m’entouraient, je crois qu’on ne m’a jamais expliqué pourquoi faire ses devoirs, c’était si important. Pour moi, ça n’avait pas de sens et c'est vrai, moi aussi je manquais souvent de motivation.

Pour susciter la motivation interne de l’enfant, il faut comprendre ce qu’il ressent.

L’enfant a besoin d’être valorisé, de savoir où les tâches qu’on lui donne le mènent et ce qu’on attend de lui.

Il a aussi besoin de ressentir des émotions agréables telles que la joie, la curiosité ou l’étonnement, notamment avec des défis qu’il peut arriver à relever, des énigmes ou des jeux.

S’il a des difficultés à l’école, il est primordial de maintenir ou de rétablir son estime de soi, en valorisant le positif, que ce soit dans ses progrès à l’école ou dans d’autres domaines. Un 7 sur 20 est trop souvent vu comme 13 points qui manquent… Le voir comme 7 points acquis grâce à un processus d’apprentissage qui a fonctionné est pourtant bien plus efficace pour retrouver de la motivation !

Le rôle du parent, qu’il soit présent ou non auprès de son enfant lors des devoirs, est essentiel. Et accompagner son enfant dans ses apprentissages ne se réduit pas à la sphère scolaire.

Le parent doit veiller à ce que les besoins de l’enfant soient satisfaits et s’assurer qu’il évolue dans de bonnes conditions pour apprendre.

Les besoins physiologiques :

Boire beaucoup d’eau, manger sainement et suffisamment, avoir pu libérer ses tensions corporelles en faisant du sport ou un jeu en extérieur…

Chaque enfant a besoin de se sentir bien dans son corps, dans son cœur et dans sa tête pour pouvoir se concentrer efficacement après une journée d’école.

Tout stress, tension ou conflit est contre-productif, car le stress bloque les processus d’apprentissage.

Le besoin de connexion et de partage :

Après une journée à l’école, les enfants apprécient de retrouver les personnes qu’ils aiment, famille ou amis, d’avoir un moment pour se connecter à elles et parler de choses moins « sérieuses » (mais qui ne le sont pas moins pour autant !).

Mais aussi pour jouer, s’amuser et rire !

Quelques minutes de jeu ou de discussion avec les autres suffisent à remplir leur réservoir d’énergie (et le nôtre aussi !).

La liberté de mouvement :

Certains enfants apprécient la station debout, qui semble favoriser la concentration et même les résultats scolaires !

D’autres préféreront la position allongée ou les assises dynamiques.

Et apprendre en bougeant, marchant et sautant permet à l’enfant de mémoriser avec tous ses sens.

Le besoin de sécurité :

Les enfants se sentent en sécurité lorsqu’ils sont au contact d’adultes calmes et encourageants, qui posent sur eux un regard positif.

Les routines aident certains enfants : on peut par exemple leur faire choisir le lieu et le moment des devoirs, ou encore les intégrer ensemble dans un planning hebdomadaire.

À cause du stress lié au rythme effréné de nos vies, le moment des devoirs est souvent problématique pour parents et enfants.

Chaque situation est unique, chaque famille fait ce qu’elle peut avec les moyens qu’elle a, dans le contexte où elle évolue.

L’important est de valoriser et de garder un regard positif inconditionnel sur l’enfant, c’est-à-dire de croire en sa capacité à apprendre et à progresser. C’est bien sûr plus facile à dire qu’à faire, surtout si on est soi-même ou son enfant en grande difficulté, si l’on manque de soutien, de temps ou de ressources au quotidien.

Mais l’effet Pygmalion est réel, et puissant : croire en son enfant, c’est lui faire le plus beau des cadeaux, car c’est l’un des ingrédients principaux de son bonheur et de sa réussite !

L'histoire de « Max et Lili ne font pas leurs devoirs », écrit par Dominique de Saint Marsmontre avec finesse et humour que les devoirs peuvent redevenir un vrai moment d'échange entre parents et enfants.

Calligram_Vous_Parents_Psy_7_Article_Devoirs_2

Annabelle Borghini est spécialiste en parentalité et experte dans les méthodologies d’apprentissage dans la région de Montpellier. Formée en psychologie, en psychopédagogie et en parentalité positive (approche empathique), elle accompagne les enfants et les parents dans leurs problématiques liées aux apprentissages et à l’éducation.

« Mettre du sens est ce qui permet d’avancer »

https://www.facebook.com/ComprendrePourAvancer

Liens vers les livres de la collection « Ainsi va la vie - Max et Lili » abordant la thématique des devoirs à la maison :